Depuis peu, le chiffre circule sur Internet et dans la presse classique : 4,5 millions de femmes sont célibataires au Sénégal.

« Alarmant », « intrigant », « révélateur » des nouvelles habitudes ou du « défaut de mariage » chez les femmes, chacun y est allé de son analyse y compris les grands médias. Et pourtant on était bien en présence d’une grande infox.

La source serait une Ong britannique du nom de « Familiy Optimize ».

Le rapport qu’elle aurait produite est cité par différents médias notamment en ligne mais aucune référence n’est donnée par les différents sites internet ayant publié l’information.

Cela aurait pourtant pu permettre aux lecteurs de consulter le rapport en question ou de retrouver la trace de l’ONG.

Alors que certains citent le quotidien « Direct Info » comme source, il faut dire que cette rumeur était déjà apparue en ligne la veille de sa parution dans le journal.

Pour l’heure aucune trace de « Familiy Optimize » malgré nos recherches. Et celà, même dans l’annuaire des milliers d’ONG dans le monde répertoriées par Wango, Association Mondiale d’Ong.

Sur le Net, « Family Optimize » est citée au Maroc comme ayant révélé par une étude en 2016 que huit millions de femmes en âge de se marier sont célibataires soit 60% des Marocainess.

Ce qui était faux si on s’en tient aux données de l’époque du Haut Commissariat du Plan, équivalent de l’ANSD au Maroc car il était de 48% chez les femmes contre 58% chez les hommes.

Mais en simulant une hypothèse, nous avons compris comment cette intox se construit qu’elle soit produite par une réelle ONG ou une ONG fantôme comme semble l’être « Family Optimize »

En effet, 8 millions de femmes célibataires étaient annoncées au Maroc mais ce chiffre s’obtient en intégrant dans le calcul la population dans son intégralité soit même les nouveaux nés alors qu’elle devait uniquement concerner pour le cas du Maroc la population ayant au moins l’âge légal pour se marier qui est de 18 ans.

En refaisant le calcul en conformité avec les 48% de femmes célibataires que comptait le pays on reviendrait à 5 millions de femmes célibataires uniquement.

La même donne s’applique également au Sénégal où rien n’indique la véracité de cette statistique.

Commençons d’abord par l' »Analyse genre des bases de données existantes » de l’Ansd datant de 2016 grâce à laquelle on constate que le pourcentage de femmes célibataires est de loin inférieur à celui des hommes en s’établissant à 38% contre 56% chez les hommes
L’analyse par sexe de la situation matrimoniale montre également qu’à l’échelle nationale 54% des femmes étaient mariées contre 42% seulement chez les hommes

Analyse genre des bases de données existantes (2016)

En effectuant le calcul basé sur une définition plus exacte du célibat au Sénégal, à savoir la population ayant l’âge légal de 16 ans pour le mariage, on comptait à l’époque 2 126 966 célibataires chez les hommes contre 1 530 828 femmes célibataires en partant de 15 ans.

Un chiffre qui serait bien supérieur si toute la population dans son ensemble était prise en compte comme dans le cas de l’infox marocaine et notammment en l’appliquant aux projections démograpiques de 2019.

En effet, on obtiendrait dans cette hypothèse biaisée 3 093 330 femmes célibataires contre…tenez-vous bien: 4 518 000 hommes célibataires, soit le même chiffre circulant actuellement mais qui cette fois-ci serait inversé.

En maintenant la même tendance de l’ANSD et e consultant les projections par âge et par genre, les chiffres exacts devraient être en 2019 de 1 768 961 femmes célibataires contre 2 487 499 hommes célibataires.

Pour finir, dans son enquête démographique et de santé continue de 2017, l’ANSD relevait dans une étude à petite échelle que le célibat des femmes s’établissait à uniquement 30% chez les femmes contre 61% chez les hommes étudiés.

Publicités

Votre opinion nous intéresse, laissez un commentaire à cet article