Alors que la légère vague de retrait enclenchée en Octobre 2016 par l’Afrique du Sud le Burundi et la Gambie n’a pas fait plus d’émules dans le Continent, les autres Etats Africains, Parties au Statut de la Cour Pénale Internationale et membres de l’Union Africaine n’en démordent pas et contrairement à la lenteur d’exécution qui leur est souvent reprochée font preuve d’entrain en ce qui concerne cette nouvelle entreprise juridique.


QU’EST-CE QUE LA CPI ?




Déjà évoquée lors du Sommet de Janvier 2015 suite aux inculpation de dirigeants kenyans , 
les Pays africains réunis du 30 au 31 Janvier à Addis-Abbeba ont clos leur Conférence par la prise d’une résolution forte: un retrait collectif de la Cour Pénale Internationale ainsi qu’une plus grande portée donnée aux attributions de la Cour Africaine de Justice, ce après le Comité Ministériel du 25 Janvier

Une instance toute nouvelle aux yeux de la plupart des africains.
Et pourtant cette Cour a été créée depuis fort longtemps, en 2005 plus exactement, avec la fusion de la Cour Africaine des droits de l’homme et des Peuples et la Cour de Justice en une structure unique: la Cour Africaine de Justice et des Droits de l’homme qui sera désormais l’organe judiciaire principal de l’organisation continentale.

Publicités

Votre opinion nous intéresse, laissez un commentaire à cet article