Il se vit.

Une flopée de compliments et autres réactions teintées d’admiration ont salué l’action philanthropique dernière de Guorgui Sy Dieng
Des dons de matériels médicaux d’une valeur financière supérieure au budget de la Fédération de BasketLe tout en toute humilité comme son comportement qui devrait bien faire des émules.
Et pourtant, rien n’y l’y force, il aurait bien pu, comme tous les autres « surmédiatisés » sénégalais, penser et agir en se considérant comme  centre du… terrain.

//platform.instagram.com/en_US/embeds.js


Un terrain de jeu que d’autres ont quitté mais leur talent ostentatoire a fini par avoir raison de l’aura dont ils avaient été auréolés par le Peuple sénégalais dans leurs années d’exploit. Temps de gloire assez éphémère comparé à ceux d’autres, peut-être pas plus talentueux (dans l’imaginaire puisque les preuves parlent autrement), mais au moins plus humbles et disciplinés. 
Moments de prouesses qu’on pourrait d’ailleurs les soupçonner de ne pas désirer voir dépassées un jour. Les désigner est rajouter une couche de Good buzz à nos Bad Boys atypiques, mais comment ne pas le faire….
Abstraction de cela, ces dernières œuvres de marque de notre Guorgui national, qui de passage soulagera bien des maux, est loin de valoir ce que peut être une appropriation de l’esprit du Basketteur par chacun d’entre nous. Un message subliminal qui peut être perçu facilement si on analyse plus largement les actes posés sans discontinuité par le sociétaire de Minnesota.

seneweb

Uniquement penser à sacrifier  un contrat en Or pour défendre les couleurs nationales lors d’un Tournoi sportif, alors que d’autres Jeunes comme lui auraient bien volontiers renié jusqu’à leur nationalité pour de faramineux (mais tout autant vils) profits, est signe de grandeur. 
Mais le message patriotique serait profitable particulièrement à ceux qui sont « au-dessus de nous » devrais-je dire pour les flatter : nos Dirigeants et Hommes Politiques.

Son art oratoire n’est certes pas près d’égaler leur qualité d’expression (dénuée de sens pratique) mais l’éloquence de ses actes dépasse de loin l’esprit mercantiliste qui anime un grand nombre de nos hommes politiques.
Bouder les plages de Hawai et les paysages féeriques de lieux touristiques exotiques pour venir passer ses vacances au Sénégal que tout le monde rêve « apparemment » de quitter, il faut le faire! De même que les mettre à profit pour des actions de mécénat quand d’autres s’assurent autant que possible de paisibles retraites dans d’autres lieux après de mitigés services à la Nation.
Par ailleurs, on est prompt, sous nos cieux, à essayer d’enterrer par tout moyen les hommes présentant des velléités de bonification de la nature gouvernante par des atouts qualitatifs « extra-sénégalo-politiques ».

Hors, lui, Joueur qui pourrait être omnipotent dans le giron de notre Basket sénégalais et conserver jalousement le statut qu’on lui confère malgré son humilité, ne se prive déjà pas de cohabiter avec eux, mais, sans feindre hypocritement de zèle, va jusqu’à démarcher ses compatriotes talentueux établis dans d’autres Clubs huppés.

Il faut avouer que c’est aussi rare qu’un Homme Politique faisant appel à son pair compétent voire plus pour tenir le gouvernail du Bateau Sénégal afin de sortir des eaux roubles de la pauvreté.

Notre cher Guorgui clame à tout va son désir de revoir le trophée de l’Afrobasket revenir au Sénégal après 20 longues années d’absence. Comme l’Angola dans le sport du ballon orange, des pays comme le Rwanda ont, eux, bravé leurs faiblesses et exploité en autant d’années leurs, a priori, faibles atouts socio-économiques pour se propulser en tête de ceux qui font l’Afrique et donnent l’exemple au Monde.
Pendant ce temps, le Sénégal en est toujours à se débattre dans l’enchevêtrement d’un système où alternance (piégée) rime avec recyclage de Lions politiques édentés où la seule satisfaction est de se gratter le nombril avec une image de « Vitrine démocratique » . Avantage jusque-là inexploité pour conduire vers les rails d’un « développement » que notre « élite », du moins avec ce qu’elle nous montre, ne se soucie presque plus de poursuivre après près de 60 ans d’Indépendance.
Il est vrai que démontrer son amour pour la Patrie n’est pas chose facile…
Publicités

Votre opinion nous intéresse, laissez un commentaire à cet article