15 nouveaux Députés issus de la Diaspora (et non 10 comme l’ont cru l’entendre dire certains durant la campagne pour le vote du Oui lors du Référendum de Mars 2016….) vont intégrer la XIIIème Législature à l’issue des Élections du mois de Juillet prochain.
Une plus grande obésité de l’Institution déjà rendue budgétivore par une panoplie de privilèges octroyés à ses locataires s’annonce sonc à l’horizon. 
Une rémunération mensuelle de près de 2.000.000Fcfa comparable à celle de leurs homologues  ivoiriens de près d’1.700.000 Fcfa, béninois d’environ 1.500.000 Fcfa mais pas nigérians avec 72.000.000 Fcfa, libre aux habitants de ces pays de porter le même grief contre leurs élus… 
Mais le principal élément attiseur de la « rancœur » des sénégalais à l’égard de leurs Parlementaires est le sentiment de leur incapacité à se départir des logiques partisanes pour revêtir le manteau de la digne représentation. 
Et Dieu sait que les motifs de convocation d’une session plénière, de proposition de projets de Lois fortes et visant à améliorer le vécu de la Population, d’amendement d’une Loi proposée par l’Executif, sans craindre de le vexer, comme le leur permet la Constitution, ne manquent pas. 
Mais à la place, c’est un applaudimat qui semble avoir été institué, une Chambre basse du Palais de la République qui change d’ orientation des débats au gré de la majorité parlementaire du moment et appose son cachet d’acceptation à toute lettre émanant du Chef d’Etat (et de Parti). 

//s7.addthis.com/js/300/addthis_widget.js#pubid=ra-5858528db69c50db

Publicités

Votre opinion nous intéresse, laissez un commentaire à cet article